I want it! Jean-Charles de Castelbajac

I WANT IT!

Jean-Charles de Castelbajac à la Galerie Magda Danysz à Paris.

La galerie Magda Danysz, galerie parisienne du 3ème arrondissement, accueille une centaine de toiles du créateur de mode et artiste peintre Jean-Charles de Castelbajac.

Depuis toujours JC de Castelbajac s’intéresse aux intéractions entre la mode et l’art. S’il a plutôt débuté dans la création de mode et créé des passerelles entre les deux mondes par des collaborations avec divers artistes, l’exposition nous présente aujourd’hui sa réflexion sur le monde de la mode à travers ses propres toiles.

L’artiste de 68 ans dit lui-même “L’art a inspiré ma mode, aujourd’hui la mode inspire mon art”.

Très inspiré par les logos, il les met en scène sur ses toiles, tournés parfois en dérision.

Sur un mur entier s’alignent de petites toiles carrées qui présentent chacune une vision toute personnelle des grandes marques de la mode.

 

Ci-dessous et ci-contre « Série Copier Coller », 2018

SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC

 

 

Dans le même esprit « THE MALL » est un espace qui regroupe une version revisitée des « shopping bag » de ces grandes marques que l’on connait bien. Les supports sont donc les sacs papiers de la marque même, sur lesquels JC de Castelbajac peint directement sa version, sa vision de la marque.

 

SONY DSC
Les nouveaux apôtres

« Les apôtres modernes », 2018

 

 

Une des responsables de la galerie m’explique que cette toile grand format (218 x 218) représente le culte des marques, un « nouveau culte » qui relègue au second celui de nature religieuse. La croix, symbole de la religion chrétienne, est renversé et devient ici un « x », symbole des collaborations.

Par dessus sont inscrits les noms des 12 apôtres, écrits dans la même police que le logo de la marque Suprême qui avait réalisé une collaboration avec Louis Vuitton en 2017.

Ci-dessous la « Fashion genealogy », 2018 (généalogie de la mode) qui met en relief toutes les passerelles entre les maisons de mode par le biais des chemins empruntés par les créateurs qui vont de l’une à l’autre ou même travaillent pour plusieurs maisons à la fois.

Martin Margiela entre sa propre maison « Maison Margelia » et « Hermès », Karl Lagerfeld entre « Chloé », « Chanel » ….

Cela interroge sur la notion de « Directeur Artistique » et l’identité des différentes Maisons de couture qui les emploient. Comment évoluer dans le temps tout en gardant son identité de marque?

L’exposition « Margiela, les années Hermès », à voir à partir du 3 mars au MAD à Paris, donne des éléments de réponse en présentant cette collaboration plus que réussie entre Martin Margiela et Hermès. Six années de collaboration fructueuse pendant lesquelles Martin Margiela a continué à créer pour sa propre maison « Maison Margelia » tout en adaptant son style aux codes de la marque « Hermès », deux univers pourtant en apparence opposés. A voir absolument!

 

MARGIELA, LES ANNÉES HERMÈS 

du 22 mars au 2 septembre 2018

SONY DSC